CHOC DES STRUCTURES

17/09/2017

Hier matin je riais jaune devant cet article de l’Express:

http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/le-theatre-prive-fait-pression-pour-acceder-aux-scenes-publiques_1943106.html#Go3tzu9EjquFD6Hd.01

Me demandant si c’était le propre de l’humanité d’en vouloir toujours plus, ou si cette affection ne touchait que ceux qui en avaient déjà beaucoup.

Je n’avais pas de réponse, bien évidemment, et m’en allait pouet pouet de bonne humeur, me rendre dans ma structure subventionnée.

Originally posted by scottielaw

Et comme je ne suis pas à une contradiction prêt, le soir même, j’allais au République, voir un spectacle dont le prix du billet. Je ne sais pas comment finir cette phrase mais vous m’avez compris.

Mon mec et (et à) moi, on allait voir Haroun. Du stand up. Du OneManShow. Du rire facile. On s’était dit merde on est à Paris ce mec nous fait marrer on va le voir.

On est arrivés avec un peu d’avance et la salle était déjà FULL. Les premiers rangs envahis, on s’est assis où on a pu.

Comme d’habitude j’ai commencé à regarder les gens qui peu à peu formait le public. J’expliquais à Vincent (mon mec s’appelle Vincent), qu’à mon grand désespoir je n’avais jamais vu une salle aussi bien remplie.

Déjà parce qu’elle était remplie.

Et ensuite parce qu’elle était complètement remplie de gens complètement différents.

Enfin parce qu’elle était remplie exclusivement de gens venus de leur plein gré.

Je lui expliquais aussi dans les grandes lignes, comment le théâtre public et privé se guerroient à coups de clichés dont voici un petit échantillon :

Théâtre public = contemporain = chiant = argent public = places pas chères = populaire dans le sens engagé

Théâtre privé = boulevard = humour = trop facile = marketing = places chères = populaire dans le sens beauf

MAIS

C’était sans compter que Haroun lui-même, avait décidé d’en faire un sketch. Ce sketch qui marche toujours : la parodie du théâtre contemporain. D’un coup, il se met à dire les paroles Alexandrie Alexandra de manière totalement absurde et en expliquant ensuite que son metteur en scène l’a poussé à faire cette proposition. Qui effectivement marche très bien. Et d’ajouter quelques vannes sur les sorties scolaires au théâtre et que c’est nos impôts qui paient ça.

Je suis une hippie utopiste qui aime croire qu’on pourra un jour, théâtre privé et théâtre public, vivre en harmonie ensemble sans se bouffer la gueule. Mais pas aujourd’hui.

Je laisse les Robins des bois conclure :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :