Il n’y a plus d’ange en Amérique

17.11.2017 – Angels in America – Aurélie Van Den Daele – Théâtre de l’Aquarium 

Quand j’arrive à la Cartoucherie, il fait froid et mon odorat m’indique la présence d’équidés. Je suis attirée par le mur d’un manège et le son familier d’un moniteur qui donne ses instructions. J’observe quelques bonnes minutes les enfants appliqués à les suivre : doublez dans la largeur, au pas, au trop, plus vite devant, pose tes mains, regarde devant toi, plus vite ! Et je me vois petite, les lunettes pleines de buées dans le manège froid de la Courneuve, Bidule qui ne veut rien entendre, moi qui ne vois rien, j’ai peur des barres, j’attends que ça passe.

Mais je suis pas venue là pour monter à cheval, ni pleurer sur mon enfance, ni écrire sur à ce sujet.

Je suis venue ce soir, au théâtre de l’Aquarium, voir un spectacle, c’est la fin de l’automne, je suis fascinée par le parc.

A l’intérieur il y a du monde. Je reconnais quelques visages mais je n’ai pas envie de parler. Je suis vide. Je préfère rester dehors, au froid, fumer des cigarettes et regarder les arbres et les gens de loin.

Quatre heures vingt c’est long. Mais je crois que je suis prête.

Deux heures plus tard, au moment de l’entracte je réalise que non, j’étais pas prête. J’ai hésité à partir. C’était vraiment tentant. Mais je voulais m’assurer que je me ratais rien.

Quatre heures trente de spectacle plus tard. Je réalise qu’à part une soirée, j’ai pas raté grand chose. PHOTO_ANGELS_IN_AMERICA_BD_-_photo_Marjolaine_Moulin_-_mile_9.jpg

Il y a Prior, malade du sida qui a des hallucinations prophétiques.

Il y a son mec qui le quitte pour un homo mormon marié à une femme.

Il y a cette femme, donc sa femme, qui prend trop de paroxetine et qui souffre d’hallucinations polaires.

Il y a le meilleur ami de Prior, Queen Bitch, black, homo folle dingue qui doit gérer la mort de son ami et son patient Roy Cohn.

Il y a Roy Cohn, avocat, juif, antisémite, raciste, homophobe, connard fini, atteint du sida selon les médecins et d’un cancer du foie selon lui.

Il y a une infirmière qui fait des transes hébraïques, fruit des hallucinations de son patient.

Il y a la mère du mormon, encore plus mormone, qui gère comme elle peut le coming out de son fils et le burn out de sa belle-fille.

A droite, une boite en plexi: chambre d’hôpital, appartement, temple mystique, fumoir, backroom.

A gauche, des bancs de salle d’attente, une étagère posée devant un rideau de chaines métalliques qui clôt le plateau et d’où entrent et sortent les personnages.

A chaque épisode, un titre au néon parait et derrière le rideau se forment des tableaux figés et poétiques. Il durent quelques secondes.

Quelques secondes qui auraient mérité de s’étendre à des minutes voire des heures car au delà de ces tableaux, je ne garde rien.

Quelques secondes entre lesquelles se déroule tant bien que mal une intrigue attendue. Roy Cohn l’homophobe antisémite se faire cuire à feu doux par le sida et j’ai envie de passer le thermostat à 230° pour en finir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s