Si seulement j’avais vu la lune

01.12.2017- Ex Machina, la face cachée de la lune – Robert Lepage – Grande Halle de La Villette 

En sortant du métro porte de Pantin, j’ai froid et j’allume une cigarette en attendant mes camarades de classe qui arrivent au compte goutte.

De petits groupes commencent à rejoindre la Grande Halle de la Villette où nous allons voir Ex Machina- La face cachée de la lune de Robert Lepage.

Encore un dont on m’a vanté les mérites et dont j’attends beaucoup.

Je ne sais pas à quoi m’attendre mais un des visuels du spectacle me déplait. Celui là : je sais pas si c’est le bébé-cosmonaute ou juste le travestissement mais ça m’inspire rien de bon.

960-17-Robert-Lepage_Photo-yvesjacques3-c-Sophie-Grenier.jpg

Je suis plus ou moins bien placée, avec mes amis et plutôt bien lunée (et c’est pas tous les jours, fait-moi confiance).

Le spectacle commence et je suis tout de suite surprise par le dispositif scénique. Indescriptible, à la fois grand et sobre, le mécanisme tout en longueur permet le déploiement d’un imaginaire assez incroyable. En un tour il devient lavomatique, appartement, salle de conférence, comptoir de bar, cabinet de médecin, salle de sport… Les objets aussi, se transforment et avec trois fois rien, on imagine tout.

Ca a l’air excitant hein, poétique et tout et tout.

Mais en fait ça a pas suffit. Enfin pas à moi, mais je dois admettre que j’étais un peu la seule de mes camarades, qui ont visiblement tous eu droit à un aller-retour sur la lune à être restée le cul bien calé dans mon fauteuil.

L’histoire, je m’en rappelle plus bien mais je crois que c’est celle d’un éternel étudiant/physicien/mathématicien (?) qui rêve de l’espace et dont la mère vient de mourir. Entrecoupé de vidéos d’archives, on suit son histoire. Globalement le mec est un raté alors on tire le fil de l’attendrissant et de l’humour, à en croire les rires aux éclats d’une dame un rang derrière moi.

(On pourrait parler des gens qui rient fort au théâtre, mais j’ai trop de choses à dire à ce sujet pour le faire ici.)

Bref je me suis pas marré et j’ai pas été attendrie. S’il y en avait un, je n’ai pas été touchée par le propos métaphysique. Je suis donc passée totalement à côté du spectacle.

Tous les éléments semblaient pourtant réunis pour passer un agréable moment. Mais je suis une terrible spectatrice.

Il a même fini avec quelques notes de la Sonate au clair de lune de Beethoven.

LA_FACE_CACHEE_DE_LA_LUNE.jpg

Non vraiment il avait tout. Je devais avoir la tête ailleurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s