Ginette Kolinka – La survivante

Mon père ne voulait pas quitter Paris. On habitait un appartement rien de luxueux un appartement. Toutes les lois anti-juives mon père il était d’accord pour les accepter c’est ma soeur qui était très engagée politiquement. Lui, il n’avait pas envie de quitter Paris c’est tout et on était d’accord pour les lois et on se disait qu’on risquait rien. Puis en 42 on entend frapper et un homme de la préfecture se tient dans l’encadrement de notre porte d’entrée. Il vient nous prévenir vous avez été dénoncés communistes. C’est vrai que ma soeur recevait tous les jours des pelletées d’hommes dans sa chambre et j’ai jamais trop fait attention à ce qui s’y passait là dedans mais tous les hommes ils devaient parler politique entre eux et elle nous disait que c’était des amis. Elle avait beaucoup d’amis. En tout cas on a été dénoncés et vous voyez, y a les deux dans un peuple, celui qui dénonce et puis celui qui est venu nous prévenir. Juifs et communistes, à votre place je quitterai Paris.

On a trouvé des faux papiers pour aller en zone libre et on est arrivés à Avignon juste comme ça, on nous a prêté un nom et une maison. On y a vécu un bon moment à se cacher sans en avoir l’impression. Mon père a acheté un certificat comme quoi on est orthodoxes. La belle affaire, acheter et te faire passer pour une religion que tu connais ni d’Eve. Non Avignon était douce la vie était simple et y avait juste le mistral mais si c’était que le mistral, après ça j’ai vu pire que le mistral. Et tout le monde y croit, personne pense qu’on est juifs y a que nous qui le pensons.

Sauf un, je sais plus son nom et on va pas salir sa mémoire il nous a dénoncé on est juifs.

Voilà le 13 mars 44 on est juifs et quand je rentre à la maison près des remparts pour le déjeuner, j’ouvre la porte et mon père fait face à des officiers de la Gestapo habillés en cuir avec des chapeaux. Je les connais ces uniformes.

On vient chercher les juifs.

Vérification de papiers à la prison d’Angoulême.

Ma soeur et moi jurions sur nos grands dieux qu’on était pas juives et on était tellement détendues qu’on a dupé les officiers qui se sont dit, si elles étaient juives elles auraient pas ce comportement. Sauf que y avait pas que ma soeur et moi, y a mon père mon petit frère et mon neveu 12, 14 et 61 ans, qu’ils les ont emmenés dans la cuisine pour les y déculotter. Ils étaient circoncis pour la gestapo c’était une preuve quand on est circoncis c’est qu’on est juifs même si c’est faux d’ailleurs mais y a pas eu à discuter ça veut dire on est juifs. Quand tu te dis ça que ta vie tient à un morceau de peau sur le bout d’un sexe. Immédiatement ils nous on emmenés en prison.

Ma mère était dans une chambre à l’étage, j’ai jamais posé la question si ça leur a suffit d’avoir quatre personnes ou bien s’ils sont montés et en voyant l’état de ma mère qui était très malade ils ont dit ho elle crèvera dans son lit on va pas s’embarrasser d’elle. C’est ce que j’ai cru mais j’ai jamais demandé et j’aurai jamais de réponse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s